Rechercher

Vivre sans tendresse, en est-il vraiment question ?

On aurait pu le penser à force de messages encourageant la distanciation depuis des semaines, des mois, des années...laissant disparaître cette habitude culturelle qu’est la bise, freinant les embrassades, nous laissant bras ballants à l’occasion de retrouvailles.


« Quelle douce faiblesse, Quel joli sentiment, Ce besoin de tendresse, Qui nous vient en naissant »


Besoin reconnu dès la naissance, condition presque nécessaire à la conception, les spécialistes semblent unanimes à dire que nous avons besoin de #lien d’attachement (sécure autant que possible). Mais en dehors de toute théorisation, dans la vie quotidienne, chacun peut expérimenter la nécessité plus ou moins forte de s’attacher, de se lier et nous pouvons questionner notre rapport à la tendresse.

Au fond, est-ce un #besoin , un #droit , un #langage , serait-ce une #injonction pour certains ? « Allez voyons, fais donc un câlin à Tante Germaine »


« Dans le feu de la jeunesse, Naissent les plaisirs Et l'amour fait des prouesses Pour nous éblouir Oui mais sans la tendresse L'amour ne serait rien Non non non non L'amour ne serait rien »


Alors, vous l’aimez comment la tendresse vous ?

Pour ceux qui sont intéressés par cette réflexion, j’ai quelques questions à vos poser :

Perso : dans ma famille, comment se manifestait la tendresse ? mes parents étaient ils tendres l’un envers l’autre ? se disait-on je t’aime ? Quels gestes affectueux ai-je reçus ? ai-je manqué d’affection ? qu’aurais-je aimé recevoir ? Dans mes histoires de cœur, je fais mémoire de la tendresse mais aussi des blessures affectives.

Dans mon couple : quel geste tendre a marqué nos débuts ? qu’ai-je aimé dans la tendresse de la rencontre mais aussi dans la durée ? comment je manifeste ma tendresse à mon conjoint/ ma compagne?

Je propose souvent à mes patients, en fonction de l’état du lien conjugal, filial, parental et de l’envie, progressivement au cours des séances, de se mettre face à face, main dans la main, de se regarder. Faites-en l’expérience, pratiquez pendant une semaine (ou plus 😉) et exprimez ce que vous ressentez pour que l’autre puisse vous donner ces gestes affectueux.


« Quand la vie impitoyable Vous tombe dessus On n'est plus qu'un pauvre diable Broyé et déçu Alors sans la tendresse D'un cœur qui nous soutient Non non non non On n'irait pas plus loin »


Mais j’y pense… mon copain Stéphane, très en peine pour exprimer quelconque #émotion, il paraît qu’il est #alexithymique (oui oui ça existe) Mais alors lui qui ne ressent pas et qui ne comprend pas que l’on se pose la question…n’a-t-il donc pas besoin de tendresse ?


« On peut vivre sans la gloire Qui ne prouve rien Être inconnu dans l'histoire Et s'en trouver bien Mais vivre sans tendresse Il n'en est pas question Non non non non Il n'en est pas question »


Et ma copine Catoche qui vit sur ses duvets rue du Calvaire ? elle en pense quoi de la tendresse à votre avis ? Depuis quand n’a-t-elle pas reçu de câlins ? En aurait-elle envie ? Qu’est-ce que la tendresse quand on vit à la rue ? J’irai lui demander demain tiens !


« On peut vivre sans richesse Presque sans le sou Des seigneurs et des princesses Y en a plus beaucoup Mais vivre sans tendresse On ne le pourrait pas Non non non non On ne le pourrait pas »


J’ai la conviction qu’une #parole, un #regard, un #sourire , une #écoute peuvent être pareils à une #caresse.

« Faites donc pleuvoir sans cesse Au fond de nos cœurs Des torrents de tendresse »


Et pour finir: LA TENDRESSE en chanson !!

Mais au fait, elle est de qui ? Bourvil, Marie Laforêt, Matthieu Chedid, Angèle ? demandez donc à vos kids ! Il y en a pour tous les goûts alors offrez-vous une symphonie de tendresse.


Bien Affectueusement,

Domitille Barre


38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout